Clic sur l'image pour voir la carte
Clic sur l'image pour voir la carte relief

Après une longue période quasi estivale, la fraicheur retombe sur cette fin d’avril. Tonnerre et pluie ont perturbé la nuit et ont étiré tout au long de la chaine un épais tapis nuageux. Alors que nous roulons vers le Sud, pas la moindre clarté orangée pour nous indiquer où aller pour éviter le mauvais temps annoncé. En désespoir de cause nous choisissons de monter à Labérouat au-dessus de Lescun. Au pire, nous pourrons aller jusqu’à la cabane de Cap de la Batch qui propose un abri aux randonneurs qui parcourent le GR10.

La brume est encore présente pendant que nous traversons la hêtraie entre le chalet de Labérouat et le cirque de Cap de Labatch, mais elle blanchit peu à peu et la chaleur que nous ressentons dans le sous-bois nous fait espérer un temps meilleur pour la suite. A la sortie du bois, nous ne sommes pas déçus. C’est sur un beau ciel totalement dégagé que nous découvrons la belle muraille calcaire fermant la vallée entre la pointe du pic de Countende et les orgues de Camblong qui filent jusqu’à l’aplomb du village de Lescun.

Les balises rouges et jaunes du GR10 sont peu utiles dans cette montée où le chemin est bien tracé. Arrivés à la cabane de Cap de Batch nous les laissons filer vers la droite, le pas d’Azun et la Pierre Saint Martin pour monter vers la gauche en direction du pic de Countende en empruntant le sentier menant au col des Anie. Bientôt, il disparaît entièrement sous des pentes de neige de plus en plus raides. Nous n’avons, ni crampons, ni piolets et plutôt que risquer une glissade qui déboucherait sur des pierres menaçantes, nous revenons en traversée vers le Pas d’Azun que nous atteignons à midi et quart. Il nous a fallu près de trois heures pour y parvenir. C’est dire que nous avons pu tout à loisir nous régaler du paysage où les restes de neige, le vert des pelouses, l’or des jonquilles dessinent une belle mosaïne au dessus de la mer de nuage qui s’étale vers l’Est où le massif de Sesques et les pointes de l’Ossau surnagent comme des îles.

Survoler l'image pour repérer les sommets

Nous reprenons le GR10 retrouvé au pas d’Azun pour revenir à Labérouat et le brouillard qui attendait notre retour.

Arrêt à la descente devant la stèle érigée par les amis de l’œuvre Educative et Laïque de Montagne (OELM) en souvenir d’Henri Barrio qui, depuis 1969 déjà, appartient à la légende d’Ansbère, Lescun et plus largement des Pyrénées. Ce personnage est largement évoqué, dans l’ouvrage: « Ansabère, un siècle de conquêtes », paru aux éditions « Mon Hélios » en ce début de 2010. Ecrit par Ivan et Boris Thomas, petits fils d’un de ses compagnons de cordée. Voici un livre qui passionnera au delà des amateurs d’histoires montagnardes.

Vendredi 30 avril 2010.
Haut de page
Entrée randonnées
Retour au sommaire
N'hésitez pas à me faire part

de vos remarques
ou de commentaires à ajouter

en cliquant ci-contre---->